top of page
  • Photo du rédacteurMlle Miroir d'Equinoxe

Au bord de la crise de mère

Introuvable. Il est introuvable. Vous le cherchez partout, vous croyez l’entrevoir une fois ou deux et pourtant, vous ne le trouvez pas. Vous savez qu’il était là, vous le SAVEZ. Vous l’avez vu il n’y a pas si longtemps que ca… Remarquez, euh… C’était quand déjà la dernière fois que vous l’avez vu ? Il y a quelques années si vous réfléchissez bien… La vache… Où avez-vous bien pu le mettre ? Ca fait si longtemps que ca ? C’est fou…


Votre quotidien est pourtant une routine parfaitement orchestrée. Vos horaires de lever sont programmés en mode semaine/week-end, le petit-déjeuner est souvent toujours le même, vous avez une suite logique de douche/brushing/maquillage et la mise des chaussettes se fait en commençant d’abord par la jambe gauche, toujours (blague de vieux… rapport à Zizou et à Volvic… non ? bon c’est pas grave), la tournée du taxi école/crèche/bureau/maison est immuable, etc. Alors où est passé ce truc ??? Comment perdre quelque chose d’aussi précieux alors que justement cette mécanique bien huilée est censée pallier ce genre de désagrément ?


Grrrr, et là c’est pas comme si vous en aviez besoin ! Comment est-ce possible de perdre un truc pareil ? Ca vaut de l’or ! C’est d’ailleurs bien pour cette raison que vous en avez tant besoin ! Si vous ne le trouvez pas, ca sera fichu, vous ne voyez pas comment vous allez pouvoir en retrouver, c’est impossible… Même en vous tuant à la tâche toute votre vie, vous ne pourrez espérer un jour avoir les moyens d’en retrouver…


Cet été c’était le moment idéal. Pas de mari, pas d’enfant, un tout petit rythme de musique estivale avec à peine quelques instruments, comment faire autrement que d’espérer pouvoir dénicher enfin ce bien si précieux ? Tout l’appartement pour étaler vos recherches, toutes vos soirées pour user et abuser de celui-ci… Et pourtant non, même pas un quart de bout de début de piste.


La rentrée, les enfants à l’école, le retour de la musique avec orchestre philarmonique et toujours rien. Ce n’est pas pire, mais ce n’est pas du tout mieux. Cela dit, au moins, vous n’avez plus le temps de chercher, donc cela vous sort un peu de la tête.


Et puis un jour, la question tombe. La question qui fait mal. La question dont on a déjà la réponse mais qui fait quand même monter les larmes aux yeux.


« Avez-vous du temps pour vous ? Arrêtez de le chercher, et trouvez le, vous êtes au bord de la crise de mère »


Vous le savez. Vous le savez si bien… Le temps écoulé ne revient plus, et rien ne peut le remplacer. Pourquoi s’enquiquiner à faire des choses qui vous crispent l’estomac et vous fatiguent par avance, alors que rien ne vous y oblige à part vous-même ? Pourquoi vous obstiner à vouloir tout faire et être à la disposition de tout le monde quand ce « tout le monde » ne met pas du tout la même énergie à vous aider et vous comprendre ? Pourquoi vous acharner à vouloir que tout soit parfait alors que la vie justement est faite d’imperfections et que c’est précisément ce qui la rend attractive (comme pour les mecs d’ailleurs, c’est rigolo ca) ? Pourquoi accepter que tout ceci vous prenne à ce point du temps que vous avez l’impression de ne plus en avoir pour savourer chaque instant avec ceux que vous aimez ?


Aujourd’hui, moi, j’arrête de lutter. Juste je vais profiter. Tant pis si je perds des gens au passage, tant pis si ma maison n’est pas rangée, tant pis si mes filles ne sont pas parfaitement coiffées pour la photo de classe que j’ai encore oubliée pour la 3e année consécutive, tant pis si tout n'est pas parfait.


TANT PIS.


La vie est courte, bien trop courte pour se faire chier avec des conneries. Prenez le temps de vivre et de savourer les moments avec vos proches, prenez le temps de vous réconcilier, de vous voir, de vous aimer, de rire, de chanter, prenez le temps de faire des andouilleries avec vos mouflets et de raconter des carabistouilles avec vos copines lors de l’apéro mensuel.


Ralentissez, regardez autour de vous, profitez du paysage et de la vie. Vous verrez que vous avez déjà sous les yeux ce après quoi vous courrez.





12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Post: Blog2_Post
bottom of page